Activités des groupes

« Page précécente

Séminaire NLS en Bulgarie, à Roussé


 

 

Troisième Séminaire de

la Société Bulgare de Psychanalyse Lacanienne

Groupe affilié de la New Lacanian School (NLS)


Roussé, Centre de conférences,
123, bul. Lipnik


Vendredi 21 juin 2013

Sous la présidence de
Yves Vanderveken
,
Psychanalyste, Vice-président de la New Lacanian School, membre de l'École de la Cause Freudienne et de l'Association Mondiale de Psychanalyse.

 

Introduction à la question des psychoses
 

Argument

Sans pour autant en faire un “pur et simple fait de langage”, c’est par le biais du rapport au langage, de ses phénomènes de signification et de structure que Lacan, dans les premières leçons de son Séminaire III, donne des repères cliniques extrêmement précieux concernant Les Psychoses – en tant qu’elles se distinguent sur ce point des névroses.

 

Cet abord, absolument original, est riche de distinctions dans les phénomènes cliniques, tant de l’adulte que de l’enfant - à ce niveau, cette différence n’est pas pertinente. Il s’agit d’y revenir, précisément, pour en cerner la logique.

 

Suivant Lacan, nous retournerons donc à cette question essentielle, pour le parlêtre (terme plus tardif dans l’enseignement de Lacan), des modalités de comment il peut “habiter le langage”. Nous essayerons de dégager les enjeux qu’entraine le fait de remettre au centre des préoccupations cliniques la question dont Lacan dit qu’elle doit dominer tout l’abord des psychoses : Qui parle ? A la lecture de ces premiers chapitres, nous en envisagerons la portée structurale qui oriente notre base diagnostique différentielle. Elle nous amènera à envisager cette autre question centrale qu’isole la psychanalyse lacanienne : celle de “l’attribution subjective” – phénomène central et pourtant toujours si peu intégrée, voire rejetée, dans l’abord psychopathologique contemporain.”

 

Yves Vanderveken

 

Discipline de lecture :

 

Phrase 1 : « Ce qui se passe entre deux jeunes enfants comporte ce transitivisme fondamental qui s’exprime dans le fait qu’un enfant qui en a battu un autre peut dire – l’autre m’a battu. Non pas qu’il mente – il est  l’autre, littéralement. [...] Comment cela est-il possible ? » (p. 50)

 

Phrase 2 : « Au niveau du signifiant, dans son caractère matériel, le délire se distingue précisément par cette forme spéciale de discordance avec le langage commun qui s’appelle un néologisme. [...] Il y a deux pôles où ce caractère est porté au point le plus éminent. [...] L’intuition délirante... [...] A l’opposé, il y a [...] la ritournelle. » (pp. 43-44)


 

Bibliographie :

Jacques LACAN, Séminaire livre III, Les psychoses, 1955-1956.

 

Programme

 

Vendredi, 21 juin 2013, de 9 h à 17h.

 

09.0009.30 Accueil des participants

09.3011.30 Discipline de  lecture

1ère Phrase : commentée par Paulina Katchouleva

2ème Phrase : commentée par Nadejda Petrova

Commentaire et discussion avec Yves Vanderveken

11.30 – 11.45 – Pause

11.4513.30 Exposé de Yves Vanderveken et discussion

13.30 – 14.30 – Pause de midi

14.30 – 15.30Miléna Jekova - .

15.3015.45 – Pause

15.4516.45 Anette Marinova – Manol et sa loyauté

16.45 – 17.00 Conclusion– Yves Vanderveken et Vessela Banova

 

Tarif de participation : 40 lv., étudiants – 20 lv.