L'Ecole

 

Lettre de Graciela Brodsky
Présidente de la NLS 
et Déléguée Générale de l’AMP
 
lue à l’ouverture du Congrès de fondation de la nouvelle Ecole
 
 
 
Chers collègues,
La naissance de la NLS après 10 mois de gestation est aujourd’hui un fait. Jamais une Ecole de l’AMP n’a conclu si rapidement sa période de formation.
Plusieurs facteurs ont concouru à obtenir ce résultat : 
- D’abord, la décision opportune de Jacques-Alain Miller quand il a engagé sa création avant de quitter la présidence de l’AMP, 
- Ensuite, le travail que durant ces dix mois a réalisé Alexandre Stevens, à qui a été délégué quasi tout ce qui a concerné la création de la nouvelle Ecole, et le travail soutenu de son Comité exécutif qui a guidé chacun des pas nécessaires pour conduire la NLS jusqu’à son Congrès de fondation,
- Enfin, l’intérêt que vous avez manifesté pour ce projet qui il y a peu de mois encore était pure contingence, et qui paraît aujourd’hui nécessaire depuis toujours.
Avec la création de la NLS se conclut une étape de l’AMP qui comprend ses dix premières années de vie et qui se distingue par une large expansion mondiale. 
La NLS est la dernière expression de cette avancée qui fait exister l’espace géographique de ce Champ freudien que Lacan voulait reconquérir. Il est peu probable que cette croissance se développe beaucoup plus dans les prochaines années, bien que restent en suspens les Etats-Unis.
A l’intérieur de cette extension, la NLS incarne avec l’ECF, l’ELP et la SLP la présence de l’AMP en Europe. 
Elle se propose : 
- d’approfondir l’orientation lacanienne de la psychanalyse
- de démontrer son efficacité thérapeutique et les ressorts de son action, 
- d’intervenir dans « les impasses croissantes de la civilisation » sans s’y perdre.
- de soutenir la formation des psychanalystes
- de faire valoir au public ses titres et garanties.
La NLS est européenne, mais elle est aussi internationale et elle est multiple. Peut-être n’est-elle pas seulement la plus nouvelle des Ecoles de l’AMP mais aussi la plus contemporaine, la plus accordée aux temps actuels, parce qu’elle entend tenir sa force du pouvoir de la différence et non de l’hégémonie du même. 
La NLS est la tentative d’un nouveau type d’association qui par sa disparité mettra plus en évidence ce que désigne la conversation comme instrument quand se multiplient les S1 jusqu’à former un essaim et ce que signifie l’Ecole Une comme orientation commune au sein de la variété géographique, la diversité des langues et la différence des styles. 
Pour commencer à exister, la NLS n’a pas eu besoin de beaucoup : un fiat prononcé par Miller ; quelques mails sur les statuts ; un Comité exécutif ; beaucoup de voyages d’Alexandre pour obtenir l’Aufhebung de l’EEP-développement ; la création de Sociétés et Groupes ; l’attention d’une Commission d’admission pour constituer une première liste de membres ; la construction d’une page web ; la réalisation, aujourd’hui, d’un Congrès. 
Pour durer il faut un peu plus. Au moins une publication commune, des Journées annuelles dont le thème accompagne le travail local, un Annuaire qui dise qui est qui et une présence active sur la scène internationale : à la rencontre Pipol dans un mois, au IVe Congrès de l’AMP au Brésil l’an prochain. 
La notion même d’« Ecole en formation » implique que l’AMP assume pour un temps la responsabilité de transformer la nouvelle Ecole en une réalité effective (Wirklichkeit). Pour ma part, je tiens la tâche pour accomplie. 
Je remercie chacun de vous de sa participation à ce Congrès et je vous souhaite bon travail. 
 
 
 
Cordialement, 
Graciela Brodsky
Buenos Aires, le 17 mai 2003
 
 
Traduit de l’espagnol par Alexandre Stevens