NLS Messager

« Page précécente

SH-NLS Compte rendu de la Journée de la passe avec Laurent Dupont



​​
Je m'y inscris au congrès ici ! – I can register for the Congress here!

Encore 12 jours pour s'inscrire à tarif réduit!

Vers le Blog du Congrès – Towards the Congress Blog




Journée de la Passe

Société hellénique de la NLS

Samedi 19 novembre 2016

Compte rendu





Samedi 19 novembre 2016 a eu lieu, à Athènes, dans l’amphithéâtre de l’hôpital G. Gennimatas, la quatrième Journée de travail sur « L’École et la passe », organisée par la société hellénique de la NLS, avec pour invité Laurent Dupont, psychanalyste, membre de l’ECF et de l’AMP, et récemment nommé Analyste de l’École (A.E).

Marquée d’un grand succès, cette Journée était pour la première fois ouverte au grand public, ainsi que l’a fait remarquer Anna Pigkou, la présidente de la SH-NLS, dans son introduction où elle a également précisé que la passe est un dispositif inventé par Lacan en 1967, afin de régler la question du recrutement des analystes. Les lignes directrices de cette expérience ont d’ailleurs été définies dans la Proposition du 9 octobre 1967 sur le psychanalyste de l’École. 

 

Le public a été captivé dès la première intervention de Laurent Dupont intitulée « Le Fantasme et au-delà ». Partant de la célèbre formule de Lacan : S barré poinçon petit a, Laurent Dupont a souligné que le fantasme est à la fois le plus intime du sujet, ce à travers de quoi il voit la réalité, dont il ne peut se défaire, tout en précisant que « le sujet n’est pas tout résorbé dans son fantasme » puisqu’ « il y a en chacun de nous des points de réel, une opacité de la jouissance qui n’est pas traitée par le fantasme, […], il y a une exclusion d’une partie de ce qui fait la vie du parlêtre ».

 

Par la suite a été présenté l’objet dans le cas de la psychose, notamment dans l’érotomanie et la paranoïa, avant d’aborder la névrose : « Dans la névrose, on a plutôt l’idée que le fantasme amoureux est du domaine de l’intersection […] et ce qui enserre l’objet s’avère bien souvent plus du domaine de la jouissance que du désir. On a donc une relation qui ne peut fonctionner, il n’y a pas rencontre ». C’est la fameuse phrase de Lacan : Il n’y a pas de rapport sexuel.  « Ce qui permet la rencontre, c’est l’objet a, pris dans la fonction du fantasme. Pour qu’il y ait rencontre, cela implique que l’on ait une idée de sa place dans la sexuation. »

Laurent Dupont a clos la matinée en citant Jacques-Alain Miller : « l’Autre c’est le corps ; cela pose la question de l’objet acomme semblant, semblant d’être. […] La position de l’analyste a à voir avec la position féminine. Voilà pourquoi en fin d’analyse, il y a passe, il y a passage de l’analysant viril au psychanalyste qui peut dire non à la virilité, qui peut dire oui à la position féminine. »

 

L’après-midi a été consacré au propre témoignage de Laurent Dupont, intitulé « Dire non au fantasme de virilité ». Il a ainsi évoqué son rapport aux objets principaux qui l’ont conduit sur la piste du fantasme fondamental où l’objet primordial se trouvait être le regard.

 

« Fantasme donc de virilité, refus de la féminité, appui sur le père. Ce fut un mode de jouir qui se cristallisa dans mon rapport à l’Autre dès l’adolescence » précisa-t-il avant de découvrir dans le second temps de l’analyse, que son fantasme était de satisfaire l’Autre avec enthousiasme, au prix du sacrifice. C’était ce qu’il croyait être la demande de l’Autre, s’en occuper, sous le signifiant : « ça crie fils ».

Laurent Dupont a conclu sur ces mots : « Le regard mesure et crie la demande de l’autre, et c’est le point d’où je vois que je suis vu dans l’effet de ma parole, portée par ma voix, mon ton, mon élocution. Le regard et la voix sont une localisation et une récupération de cette jouissance de la parole qui itère ».

 

Un témoignage vivant, captivant et infiniment riche en enseignements qui a été complété par de nombreuses questions et commentaires venant notamment de la part des discutants Nassia Linardou-Blanchet, Epaminondas Théodoridis, Marina Frangiadaki et Vassilis Skolidis.

En d’autres mots une journée de travail captivante et fructueuse que Laurent Dupont nous a généreusement offerte. Nous l’en remercions.

 

Par Georgia Fountoulaki

 






New Lacanian School
Désinscription: envoyez un message à : nls-messager-unsubscribe@amp-nls.org

Nous contacter: nls-messager-help@amp-nls.org

Nouvelle inscription: http://www.amp-nls.org/page/fr/42/sinscrire-nls-messager

| Le site de la NLS http://www.amp-nls.org |  

Le Blog du Congrès NLS 2017 : http://nlscongress2017.org/fr/ 

New Lacanian School
Unsubscribe by sending a message to:nls-messager-unsubscribe@amp-nls.org
Enquiries: 
nls-messager-help@amp-nls.org

New registration: http://www.amp-nls.org/page/fr/42/sinscrire-nls-messager

| The website of the NLS http://www.amp-nls.org |  

 The Blog of the 2017 NLS Congress: http://nlscongress2017.org/en/