NLS Messager

« Page précécente

FORUM EUROPÉEN - ZADIG EN BELGIQUE - TEXTE DE DOMINIQUE HOLVOET - 1er DÉCEMBRE

NLS Messager logo mails.png



Header Forum.FR - copie.jpeg


La puissance de la parole

Dominique Holvoet


Le titre du prochain Forum européen Zadig (1) qui se tiendra à Bruxelles le 1er décembre, « Les discours qui tuent »”, peut paraître choquant. Une parole-a-t-elle donc jamais tué quelqu’un ? Comme le rappelle Geert Hoornaert dans son article « banalisation des discours qui tuent », la fonction de la parole a toujours plutôt été perçue dans sa capacité à détourner l’atteinte à l’intégrité physique. Nous soutenons pourtant qu’il y a des mots qui tuent, car les mots impactent les corps même quand ils glissent sur la carapace de nos indifférences et que cette puissance de la parole appelle en retour une responsabilisation de l’orateur, particulièrement quand la parole se fait publique. 

Partout en divers coins d’Europe, le monde de la haine s’enflamme. Et si nous choisissons de nous exprimer dans l’espace public c’est que nous croyons que l’urgence est là. Nous assistons à ce retour de la haine de l’autre sous les formes les plus insidieuses, dans notre pays-même, et au-delà de nos frontières – devenues pourtant lieux d’échanges plutôt que barrières dans le projet européen que nous continuons à vouloir porteur de hautes valeurs démocratiques. Les déplacements forcés de populations moralement ou physiquement détruites par des conflits locaux, les drames climatiques ou encore l’appauvrissement économique, offrent à de sombres politiques l’opportunité d’une instrumentalisation des migrations pour un profit électoral inquiétant. 

Est-ce le goût du pouvoir ou la puissance de la haine de l’autre en soi qui anime les portes-voix des paroles qui tuent ? 

Les prochaines élections européennes seront déterminantes pour savoir si les électeurs choisiront la voie responsable d’une plus grande intégration – osant prendre du même coup le risque de l’ouverture à l’autre dans sa différence. Ou bien choisiront-ils la voie nationaliste du repli sur soi, sur sa petite différence qui trouve sa source dans la haine de l’autre. Le Dr Lacan indiquait déjà en 68’ qu’il s’agissait-là du problème le plus brûlant de l’époque. Le psychanalyste français annonçait que « les hommes s’engagent dans un temps qu’on appelle planétaire » (2) dans lequel s’effectuera le passage d’un monde à l’autre, celui symbolisé par l’Empire et sa verticalité pour aller vers celui des impérialismes démultipliés dans un monde globalisé. La question est alors celle de savoir « comment faire pour que des masses humaines, vouées au même espace, non pas seulement géographique, mais à l’occasion familial, demeurent séparées? » (3)

Parce que c’est là que ça se joue, au sein de la famille comme noyau résiduel de l’histoire des peuples. Et la famille est portée par les discours ambiants. 
Le psychanalyste ne pourra apaiser la haine de l’autre si la haine de soi s’approfondit dans les familles à mesure que les discours publics se font immoraux. Nous savons combien la pulsion de mort freudienne est irrésistible. Jacques-Alain Miller dans son combat lors des élections présidentielles françaises a indiqué que dans le souhait exprimé par certains que « tout ça explose une bonne fois pour toutes », se logeait la pulsion de mort liée à la jouissance de l’auto-destruction, au « désir innommable de s’abandonner dans les bras de la monstrueuse Valkyrie ! » (4)

Car lorsque le politique profère ces paroles fallacieuses, il est tout animé par sa propre volonté d’en finir avec son grand tout, avec notre humanité, avec le désir qui a présidé à sa naissance, désir qu’il voudrait si pur. C’est dans cette cause obscure que l’orateur s’abime définitivement.

(1) ZADIG, Zero abjection democratic international group, Mouvement lacanien mondial créé par Jacques-Alain Miller en mai 2017.
(2) Lacan Jacques, “Allocution sur les psychoses de l’enfant”, Autres écrits, Paris, Seuil, 1981
(3) Ibid.
(4) Notamment dans son texte “la querelle du Votutile” paru le 22 mars 2017 dans le numéro 63 de Lacan Quotidien.








Adresse: Université de St. Louis, Salle OM 10

6, rue de l'Ommegang, 1000 Bruxelles


Traductions simultanées en français, anglais et néerlandais


Horaire: 9h -19h


New Lacanian School
Désinscription : nls-messager-unsubscribe@amp-nls.org

Nous contacter : accueil@amp-nls.org  

Inscription : http://www.amp-nls.org/page/fr/42/sinscrire-nls-messager

Le site de la NLS : http://www.amp-nls.org  

Blog du Congrès NLS 2018 : nlscongress2018.com

Lacan Quotidien : http://www.lacanquotidien.fr/blog/


New Lacanian School
Unsubscribe: nls-messager-unsubscribe@amp-nls.org
Enquiries: 
 accueil@amp-nls.org 

Registration: 


NLS
 website

Blog of the 2018 NLS Congress: nlscongress2018.com