NLS Messager

« Page précécente

FORUM EUROPÉEN - ZADIG EN BELGIQUE - TEXTE DE OMAR BATTISTI - 1er DÉCEMBRE


NLS Messager logo mails.png



Header Forum.FR - copie.jpeg




Le moment de décider

Omar Battisti

 

 

Je considère comme emblématique la butée des prochaines élections européennes. Là se décidera quelle route sera prise pour continuer à faire exister une vie civile, où l’autre ne soit pas seulement une menace à éliminer, mais aussi un étrange susceptible de nous contaminer. C’est du catastrophisme, ça ? Non, c’est réel, plutôt.

 

Il y a une voie qui est empruntée de façon quasi instinctive par une bonne partie des gens : ce que je ne peux pas contrôler et n’entre pas dans le rang n’a pas droit de citoyenneté, et donc la seule chose qu’il mérite est sa totale élimination, non seulement de la scène publique, mais aussi de la vie de chacun. Cela vaut pour les migrants, les femmes, les handicapés et toute autre catégorie qui peut prendre la place du symptôme dont on voudrait se débarrasser sans trop y regarder, à qui adresser une haine et un rejet viscéral. C’est une question de contingence quelque soit la cible en vue, à l’intérieur d’une logique de discours où la haine pour ce qui n’est pas à sa place est élu au premier chef.

 

Il y a une autre voie, peut-être plus folle encore que la précédente, celle de laisser faire les choses, en se faisant les spectateurs impuissants et les victimes de sa propre indécision. Dans ce cas aussi, il y a beaucoup de gens qui se prêtent à ce scénario, et sont commodément installés en équilibre au-dessus de cet abîme, attendant tout simplement d’être poussés. Tentative de suicide ?

 

Laissons derrière nous la terminologie du XXe siècle. Avec Jacques Lacan on pourrait indiquer les deux voies que sont celle du père ou celle du pire (1), cette dernière  n’étant pas choisie par lui, « pour une question d’honneur. Il s’agit du sens d’une pratique qu’est la psychanalyse » (2).  

 

Mais entre la froideur et la folie

Il doit bien y avoir une troisième voie

 

Chantait Bennato (3) il y a bien longtemps, en prophète.

 

Une troisième voie liée à une formation dont l’éthique n’est pas fixée par un Idéal aveugle et féroce pour tout ce qui ne rentre pas dans les cases et se regroupe «  sans loi » (4) dans les non-lieux du monde contemporain. Mais il s’agit d’une éthique orientée justement de ce réel. Et donc, dire éthique suffit déjà à se remplir la bouche de bonnes intentions, alors que ce qui est en jeu est une formation qui permette de pratiquer l’art d’improviser sa propre vie, et de dépasser chaque fois son propre ne rien en vouloir savoir de «  la cause de sa propre horreur de savoir, détaché de celui de tous » (5). Entre le père et le pire, qui vont de soi, chaque tour doit inventer et créer un vide, un espace hétérotopique, non utopique, où mettre en acte un choix forcé sans garantie aucune de réussite. De petites choses du quotidien qui puissent ouvrir des horizons inédits à des destins tragiquement marqués par les propres fantasmes, la débilité personnelle ou le propre délire de toute-puissance. Le plus souvent cela ne se traduit pas en actes héroïques ni peut-être en exploits, mais beaucoup plus difficilement en une discipline dans le parler qui tienne compte des possibles effets du propre dire.

 

Je me réfère ici à une vignette que j’ai trouvée très éclairante : un homme parle à une foule de gens, il est sur une table suspendue dans le vide et ceux qui écoutent l’instituent (rester debout est un des signifiés d’instituer, d’où l’institution), tous les autres se trouvant à l’autre extrémité en contrepoids, moins un qui s’en va. Cependant il ne s’agit pas d’en faire tomber un pour en faire arriver un autre, mais de subvertir une logique. Le vote est réduit à des questions de marché. Il s’agit de faire en sorte que les décisions politiques ne soient pas exclusivement dictées par les prophéties des sondages, mais soutenues par une éthique personnelle qui consonne avec un vivre démocratique. Je pense au maire de Riace, Mimmo Lucano, au médecin de Lampedusa, Pietro Bartolo, et à l’eurodéputée Judith Sargentini.

 

Je n’ai pas vécue la guerre mais j’en porte les effets dans les paroles de mes parents et grands-parents qui l’ont traversée. Même les discours peuvent tuer, alors que le vote de mai 2019 soit orienté en pensant aux conséquences qu’il peut avoir, sans penser satisfaire ses propres vœux.

 

(1) Cf. Paola Bolgiani, « Arginare il pericolo per la civiltà - Il padre o il peggio ? », in Politica lacaniana, Rosenberg & Sellier, Torino 2018, pp. 95-102.

(2) J. Lacan, « … o peggio », in Altri scritti, Einaudi, Torino 2013, p.539.

(3) E. Bennato, Non è amore, L’uomo occidentale, Warner Music Group 2003.

(4) J. Lacan, Il seminario. Libro XXIII. Il sinthomo, Astrolabio, Roma 2006, p. 134.

(5) J. Lacan, « Nota italiana », in Altri scritti, op. cit., p. 305.


S’inscrire au Forum


Lire l'argument



Adresse: Université de St. Louis, Salle OM 10


6, rue de l'Ommegang, 1000 Bruxelles



Traductions simultanées en français, anglais et néerlandais



Horaire: 9h -19h




New Lacanian School
Désinscription : nls-messager-unsubscribe@amp-nls.org

Nous contacter : accueil@amp-nls.org  

Inscription : http://www.amp-nls.org/page/fr/42/sinscrire-nls-messager

Le site de la NLS : http://www.amp-nls.org  

Blog du Congrès NLS 2018 : nlscongress2018.com

Lacan Quotidien : http://www.lacanquotidien.fr/blog/


New Lacanian School
Unsubscribe: nls-messager-unsubscribe@amp-nls.org
Enquiries: 
 accueil@amp-nls.org 

Registration: 


NLS
 website

Blog of the 2018 NLS Congress: nlscongress2018.com