NLS Messager

« Page précécente

FORUM EUROPÉEN - ZADIG EN BELGIQUE - Texte de MIQUEL BASSOLS- Killing me Softly...- 1.12.18

NLS Messager logo mails.png




Header Forum.FR - copie.jpeg


De 9 à 19 h !


S’inscrire au Forum



Killing me softly...

Miquel Bassols


L’expression « les discours qui tuent » peut s’entendre comme les discours qui conduisent à un acte de mort, assassin, mais aussi comme les discours qui tuent par eux-mêmes. Une parole peut-elle tuer ? En tout cas, comme l’indiquait Jacques Lacan (1), le pouvoir est toujours lié à la parole, y compris lorsqu’il fait usage de la force pure et simple. Et la première violence plus ou moins dissimulée est celle perpétrée par un discours qui endort l’être parlant, lui dérobant le pouvoir même de la parole, tout en le réduisant à un objet sans paroles possibles. Et c’est quelque chose qui peut se faire également avec des paroles, avec la violence propre à la parole lorsqu’elle agit dans les limites du symbolique.


Le principe peut en être très simple, tellement simple et si « démocratique » en apparence : « Les minorités devront s’adapter à la majorité. » La phrase est de Jair Bolsonaro – dans un discours de février 2017 à l’aéroport de Joao Suassuna – mais nous pouvons relever des phrases équivalentes à différents lieux et à différents moments dans nos sociétés dites démocratiques. Y compris en Europe, et avec les meilleurs arguments. Ce peut être même le meilleur argument agité comme « démocratique » pour imposer une action au moyen d’une panoplie de techniques de modification du comportement, depuis les plus douces jusqu’aux plus violentes. Passer de cette action de style « TCC de masse » à l’étape suivante est une question de degré : « Par la voie électorale, tu ne changeras rien dans ce pays, est-ce bien compris ? Rien ! Absolument rien ! Malheureusement, seul changera le jour où nous pourrions commencer la guerre civile dans ce pays. Et nous accomplirons le travail que le régime militaire n’a pas fait : tuer trente mille personnes ! On va commencer avec FHC [Fernando Henrique Cardoso, président actuel]. Si des innocents meurent, eh bien dans toutes les guerres font mourir des innocents. » Cette déclaration se trouve émaner du président élu récemment lors des élections brésiliennes, mais ces paroles résonnent aussi fortement, toutes proches, beaucoup trop proches du lieu où je me trouve à présent, de ce côté-ci de l’Atlantique. Que ce discours menaçant passe à l’acte n’est qu’une question de poursuivre les conséquences de la certitude subjective qui l’anime. Pour le moment, il suffit qu’il s’alimente lui-même avec davantage de paroles qui tuent, même si elles se présentent avec la douceur de l’amour pour l’unité de la patrie, laquelle motive la haine pour ce qui est différent.


Comme le disait Gil Caroz (2) dans un texte récent : « Le Brésil n’est pas l’Europe, le phénomène Bolsonaro n’est pas équivalent au phénomène Le Pen, et les contextes sont différents. Pourtant, nous pouvons considérer que les événements au Brésil constituent la vérité d’un mouvement de civilisation qui ravage l’Europe comme un incendie. C’est l’aboutissement d’une chute de l’autorité verticale, qui appelle la mise en ordre du monde par le massacre : soit tu es comme moi, soit tu meurs. » Il importe de situer les discours qui ont contribué à produire au Brésil cette conjoncture mortifère, et qui ont soutenu et alimenté un sens dont la contagion se répand comme une traînée de poudre. C’est la combinaison du discours religieux évangéliste, ce faux « humanisme » qui alimente aussi bien Trump aux États-Unis, et du pouvoir de la dictature militaire qui a traversé indemne les dernières décennies (3), une dictature qui avait chuté des représentations du pouvoir de l’État, mais qui n’avait pas disparu du pouvoir politique effectif. Ainsi, ce sont les favelas qui ont voté pour Bolsonaro et également certaines couches instruites de la population, et pas uniquement les lobbys et les pouvoirs factieux, quantitativement minoritaires. Sans ces deux appuis, Bolsonaro n’aurait pas remporté les élections : sentiment religieux – il est présent des deux côtés – et pouvoir armé de l’armée agissant au nom de la loi.


Comment répondre aux discours qui tuent sans alimenter leur sens, leur sens mortifère ? Sur ce point, la polarisation empêche toute équidistance qui pourrait s’établir au nom d’une impossible harmonie universelle. L’erreur de bonne foi continuera ici aussi à être de toutes la plus impardonnable, alors qu’il s’agit de répondre à ce danger majeur pour l’humanité. Ce ne sera pas au nom d’un Humanisme qui a déjà périclité, cette « humanitairerie » à propos de laquelle Lacan disait que nous ne faisons rien de plus qu’en revêtir nos propres exactions, celles de notre propre mode de jouir (4). Bien plutôt, ce sera au nom d’un in-humanisme, celui que la psychanalyse découvre chez l’être parlant habité par la pulsion de mort.

Concluons : il y a des discours vénéneux à la saveur de miel, et aussi au nom de l’amour. Disons avec les paroles de la chanson. Rappelez-vous : with his words, killing me softly with his songs.



(1) Jacques Lacan (1975), « Conférence à Genève sur le symptôme », La Cause du désir, n°95, Paris, 2017.

(2) Gil Caroz, « Notre vérité brésilienne », texte de préparation du Forum Européen « Les discours qui tuent », Bruxelles, le 1er décembre 2018.

(3) Pour une analyse de cette conjoncture, voir Aldo Cordeiro Sauda et Benjamin Fogel : « Bolosonaro’s Most Dangerous Supporters », revue digitale Jacobin, le 18 octobre 2018.

(4) Jacques Lacan, « Télévision », Autres écrits, Paris, Seuil, 2001, p. 534.





Traduit de l’espagnol par Jean-François Lebrun



S’inscrire au Forum


Lire l'argument



Adresse: Université de St. Louis, Salle OM 10


6, rue de l'Ommegang, 1000 Bruxelles



Traductions simultanées en français, anglais et néerlandais



Horaire: 9h -19h




Twitter

 

Facebook


New Lacanian School
Désinscription : nls-messager-unsubscribe@amp-nls.org

Nous contacter : accueil@amp-nls.org  

Inscription : http://www.amp-nls.org/page/fr/42/sinscrire-nls-messager

Le site de la NLS : http://www.amp-nls.org  

Blog du Congrès NLS 2018 : nlscongress2018.com

Lacan Quotidien : http://www.lacanquotidien.fr/blog/


New Lacanian School
Unsubscribe: nls-messager-unsubscribe@amp-nls.org
Enquiries: 
 accueil@amp-nls.org 

Registration: 


NLS
 website

Blog of the 2018 NLS Congress: nlscongress2018.com