NLS Messager

« Page précécente

COUPURES - Bernard Seynhaeve - Vers le Congrès 2020 de la NLS




Congrès 2020 de la NLS - BLOG OUVERT, à visiter par ici
Inscrivez-vous ici au congrès

 

Vers Gand

Bernard Seynhaeve



Le thème de notre prochain congrès, L'interprétation : de la vérité à l'événement, traitera une fois encore d’une question clinique.

L’interprétation a déjà fait l’objet de l’un de nos congrès il y a une dizaine d’années. Nous la retrouvons cette fois encore, éclairée par la lecture que fait Jacques-Alain Miller du tout dernier enseignement de Lacan. C’est l’une des raisons pour laquelle on l’inscrira dans la suite logique des congrès précédents.

Mais pour notre École, pour la NLS, il y a une autre raison, plus difficile à percevoir, que je situe au-delà de cette logique. Il me semble en effet que ce thème s’inscrit dans une dimension éminemment politique, comme le sous-entendent le titre et l’argument écrit par Éric Laurent. Voyons cela.

J’essaie d’avancer avec les questions qui me taraudent. Quelles sont-elles ?

La première question qui ne me lâche plus depuis notre congrès de Tel-Aviv est la suivante : Faut-il la présence des corps, celui de l’analyste et de l’analysant pour faire une cure analytique selon l’enseignement de Lacan ? La réponse peut paraître évidente au premier abord, et pourtant elle ne l’est pas. Cette question a surgi — elle a surgi dès lors que je ne m’y attendais pas — lorsque j’ai rencontré les collègues d’un Groupe. Quelqu’un m’a dit : « Vous verrez monsieur qu’un jour il y aura des AE qui auront fait leur analyse par Skype. » Cette question est une question politique qui se pose concrètement dans notre École. Pour ceux qui y étaient, qu’ils se rappellent le débat que nous avons eu à Tel-Aviv lors de notre Assemblée Générale concernant l’usage d’internet (de Skype) dans la cure. 

Faut-il la présence physique du psychanalyste et de l’analysant dans le transfert ?

Une autre question aussi se pose dans la perspective de Gand. Elle se noue à la précédente. L’interprétation au temps du parlêtre — et plus au temps du sujet — c’est-à-dire l’interprétation qui prend en considération l’enseignement du tout dernier Lacan, vise à déranger la défense. La défense c’est précisément ce qui fait le joint de lalangue et du corps, soit le sinthome. D’où cette autre question : qu’est-ce qu’un corps ? 

Ces deux questions sont nouées : faut-il nécessairement la présence des corps pour faire une cure analytique.

Voilà notamment deux questions auxquelles nous aurons à répondre lors de notre congrès à Gand.

 











 

Vers le BLOG
Inscrivez-vous au congrès ici !

 


Le Congrès 2020 de la NLS

L'interprétation :
de la vérité
à l'événement

 

Gand, Belgique

FACEBOOK FACEBOOK
FOLLOW ON TWITTER FOLLOW ON TWITTER
NLS NLS
Copyright © 2018 NLS. All rights reserved.


Our mailing address is: accueil@amp-nls.org

Join NLS Messenger

Unsubscribe from this list