đź—ĽAMP 2022 – PARIS PAS TOUTE

unnamed.png

We'll always have Paris

WE'LL ALWAYS
HAVE PARIS

 
Décembre 1941, aéroport de Casablanca[1]. Ilsa refuse d’embarquer pour Lisbonne avec Victor Laszlo, son mari, un héros de la Résistance. Rick Blaine, le ténébreux Américain qu’elle aime en secret, l’enjoint de faire son devoir et lui glisse, en guise d’argument ultime, «We’ll always have Paris».

Rick et Ilsa se disent adieu à Casablanca mais ils se sont rencontrés à Paris, l’année précédente : les flashbacks ajoutés post synchronisation nous les montrent, heureux, en décapotable, sur les Champs Élysées, quelques mois avant que les bottes nazies foulent les pavés de la plus belle avenue du monde. Paris, ville érotique, raffinée et joyeuse a depuis été rattrapée par l’histoire. Même si, tapie à l’ombre de ses tracés et perspectives élégantes, la résistance s’organise, Paris est douloureuse.

«Nous aurons toujours…» : le Paris que convoque Rick dans un murmure est celui d’une parenthèse, entre un passé heureux et une promesse. Une ville qui n’est plus mais qui pourrait être à nouveau. Paris suspendue, imprévisible comme ses amoureux, a le parfum de la femme qui n’existe pas. Mais il n’est exclu pas qu’on s’y rencontre.

 
France Jaigu
[1] Casablanca (1942) est un drame américain réalisé par Michael Curtiz avec Humphrey Bogart (Rick Blaine) et Ingrid Bergman (Ilsa).
 
 

 
Copyright © 2021 Association Mondiale de Psychanalyse

 
______________________________________________________

New Lacanian School

DĂ©sinscription – Unsubscribe
Le site de la NLS website
Inscription – Sign up for the Newsletter
Back to list