image 2.png




Kring voor Psychoanalyse


en collaboration avec l'ACF-Belgique


 27 avril 2024 – Bruges
 

Conversation clinique


 

L’acte psychanalytique

 
avec Sonia Chiriaco




27 avril 24.jpg




––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– 


image 2.png



Initiative Vienne

 
 

27 avril 2024

 

Journée de travail clinique

 

Construire un cas

 
avec Jean Luc Monnier


27 avril.jpeg
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– 

image 2.png



Initiative Vienna

 
 

26 avril 2024

 

Séminaire

 

Le regard et le phénomène psychosomatique

 
avec Jean Luc Monnier



26 avril.jpeg
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– 

image.png

Le regard comme objet de jouissance

Séquence 2

Le regard, objet de jouissance

Samedi 11 mai 11h 30 – 12h 30 


Séquence animée par Jean Luc Monnier, avec :

 

Florencia F.C. Shanahan : Le regard, reste

Cyrus Saint Amand Poliakoff : À la recherche du temps à perdre


image.png
Le regard traverse l’enseignement de la psychanalyse. Freud a très tôt identifié son rôle prévalent en matière pulsionnelle, notamment dans ses Trois essais sur la théorie sexuelle dans le chapitre intitulé : « Toucher et regarder l’objet sexuel ». Lacan lui donnera toute sa mesure à partir du Séminaire X. Il en fait un des objets a qu’il ajoute, avec la voix, à la liste des objets freudiens. Mais c’est dans le Séminaire XI, qu’il donne une place essentielle et paradigmatique à l’objet regard qui prend alors sa pleine puissance comme objet pulsionnel. 
Dans sa très belle présentation du congrès, Daniel Roy a intitulé son dernier paragraphe : d’un titre qui sera l’axe de notre séquence : « Le regard comme substance jouissante qui s’ajoute au monde ». Et nommément ces écrans, qui sous toutes leurs formes, désormais toujours à portée d’œil, ont ouvert, pour le sujet moderne, les voies nouvelles d’une jouissance sans répit : Panopticon augmenté !  Mais aussi ces écrans comme autant de regards aveugles, tel le couvercle de la boîte de sardines à laquelle fait allusion Petit Jean dans le Séminaire XI, qui nous assignent à notre place, comme tâche, dans un tableau dont nous sommes par ailleurs les spectateurs.

Jean Luc Monnier
Trésorier de la NLS


––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– 
New Lacanian School
Désinscription – Unsubscribe
NLS Website – EN  /  NLS Website – FR
Inscription à NLS-Messager


image 2.png



ACF – Belgique

 
 

20 avril 2024 – Liège

 

Conférence dans le fil du Congrès de la NLS

 

Le regard au XXIe siècle 

Incidences dans la clinique

 
avec Marina Frangiadaki


ACF Belgique 20 avril.png.jpeg
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– 

image.png

Francis Bacon & Marcel Duchamp:
Deux «fenêtriers»

Séquence 1

Francis Bacon ou Le regard mis à nu 

par son artiste, même

Samedi 11 mai 10h – 11h 20 


Séquence animée par Marie-Hélène Brousse, avec :

 

Dr. Margarita Cappock 

Assistant City Arts Officer & Public Collections 

Specialist, Dublin City Arts Office

et

Rik Loose : Ce qui ne peut être vu

 Bruno De Halleux : La tache, c’est l’accident


Conversation
image.png

Francis Bacon et Marcel Duchamp, deux « fenêtriers »

Pourquoi Bacon ? Eh bien parce que Bacon est irlandais et que l’ensemble de son atelier a été déménagé de Londres pour être installé à Dublin. Notre invitée, madame Margarita Cappock a été celle qui a piloté cet incroyable aventure ! Elle est l’ancienne chef de projet du Francis Bacon Studio Project à la Hugh Lane Gallery – qui acceuil le studio de Bacon – et, par la suite, sa responsable des collections et directrice adjointe (1999-2018).

J’ai pris la liberté d’emprunter à Duchamp le deuxième titre qu’il a donné à son « Le  Grand Verre » – « La Mariée mise à nue par ses Célibataires, même » – pour présenter cette séquence résolument centrée sur Francis Bacon et le regard, qui ouvrira notre Congrès 2024 à Dublin.

Notre collègue du Comité exécutif Philip Dravers nous a indiqué une référence issue du site de la Tate Gallery, de Londres, qui nous va comme un gant pour donner la perspective qui convient à cette séquence, qui sera animée par Marie-Hélène Brousse et à laquelle participeront également nos collègues Rik Loose, de Dublin et Bruno de Halleux, de Bruxelles.

Peut-être aurait-on rappelé à mon personnage que Duchamp avait l'intention de réaliser plus tard toute une série d'œuvres basées sur des fenêtres, bien que seules deux petites pièces aient été achevées, dont la Fresh Widow [Veuve fraîche], intitulée par jeu de mots en 1920 ? Il aurait su que le mot français pour widow est veuve, un terme familier pour la guillotine ; il aurait peut-être su, ou aurait pu facilement découvrir, que fenêtre à guillotine est le terme français pour sash window. Comme les deux éléments de la fenêtre sont démontables, comme les deux feuilles dans la note originale de Duchamp, aurait-il pu spéculer que Le Grand Verre soit reconsidéré comme une fenêtre à guillotine ? Si tel était le cas, la mariée et ses célibataires pourraient peut-être se réconcilier après tout, l'une glissant sur l'autre.

S'adressant à Schwarz quelque temps plus tard, l'artiste a fait la remarque suivante : "Au lieu d'être un peintre, j'aurais aimé, en cette occasion, être considéré comme un fenêtrier".

Jeremy Millar “Looking through The Large Glass” 1 May 2006 (https://www.tate.org.uk/tate-etc/issue-7-summer-2006/looking-through-large-glass

Mais, contrairement à J. Millar, nous ne ferons pas le pari que Bacon et le regard sortent « réconciliés » de leur affrontement dont témoigne l’artiste : la sash window de ses tableaux le laisse « veuf et inconsolé » (cf. Nerval, El Desdichado).

 

Daniel Roy

Président de la NLS

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– 

New Lacanian School

Désinscription – Unsubscribe

NLS Website – EN  /  NLS Website – FR

Inscription à NLS-Messager

Subscribe to NLS-Messager




image.png


Francis Bacon & Marcel Duchamp:
Deux «fenétriers»

Séquence 1

Francis Bacon ou Le regard mis à nu par son artiste, même

Samedi 11 mai 10h – 11h 20 


Séquence animée par Marie-Hélène Brousse, avec :

 

Dr. Margarita Cappock 

Director Hugh Lane Gallery (Studio Bacon)

et

Rik Loose : Ce qui ne peut être vu

 Bruno De Halleux : La tache, c’est l’accident


Conversation

image.png

Francis Bacon et Marcel Duchamp, deux « fenêtriers »

Pourquoi Bacon ? Eh bien parce que Bacon est irlandais et que l’ensemble de son atelier a été déménagé de Londres pour être installé à Dublin. Notre invitée, madame Margarita Cappock a été celle qui a piloté cet incroyable aventure ! Elle dirige actuellement la Hugh Gallery qui accueille cet Atelier.

J’ai pris la liberté d’emprunter à Duchamp le deuxième titre qu’il a donné à son « Le  Grand Verre » – « La Mariée mise à nue par ses Célibataires, même » – pour présenter cette séquence résolument centrée sur Francis Bacon et le regard, qui ouvrira notre Congrès 2024 à Dublin.

Notre collègue du Comité exécutif Philip Dravers nous a indiqué une référence issue du site de la Tate Gallery, de Londres, qui nous va comme un gant pour donner la perspective qui convient à cette séquence, qui sera animée par Marie-Hélène Brousse et à laquelle participeront également nos collègues Rik Loose, de Dublin et Bruno de Halleux, de Bruxelles.

Peut-être aurait-on rappelé à mon personnage que Duchamp avait l'intention de réaliser plus tard toute une série d'œuvres basées sur des fenêtres, bien que seules deux petites pièces aient été achevées, dont la Fresh Widow [Veuve fraîche], intitulée par jeu de mots en 1920 ? Il aurait su que le mot français pour widow est veuve, un terme familier pour la guillotine ; il aurait peut-être su, ou aurait pu facilement découvrir, que fenêtre à guillotine est le terme français pour sash window. Comme les deux éléments de la fenêtre sont démontables, comme les deux feuilles dans la note originale de Duchamp, aurait-il pu spéculer que Le Grand Verre soit reconsidéré comme une fenêtre à guillotine ? Si tel était le cas, la mariée et ses célibataires pourraient peut-être se réconcilier après tout, l'une glissant sur l'autre.

S'adressant à Schwarz quelque temps plus tard, l'artiste a fait la remarque suivante : "Au lieu d'être un peintre, j'aurais aimé, en cette occasion, être considéré comme un fenêtrier".

Jeremy Millar “Looking through The Large Glass” 1 May 2006 (https://www.tate.org.uk/tate-etc/issue-7-summer-2006/looking-through-large-glass

Mais, contrairement à J. Millar, nous ne ferons pas le pari que Bacon et le regard sortent « réconciliés » de leur affrontement dont témoigne l’artiste : la sash window de ses tableaux le laisse « veuf et inconsolé » (cf. Nerval, El Desdichado).

 

Daniel Roy

Président de la NLS

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– 

New Lacanian School

Désinscription – Unsubscribe

NLS Website – EN  /  NLS Website – FR

Inscription à NLS-Messager

Subscribe to NLS-Messager

image 2.png



Initiative Vienna

 
 

13 avril 2024

 

Journée des cartels

 

Regard sur le travail en cartel : 

effets d'une substance jouissante

 
avec Laure Naveau


13 avril cartel-plakat-fin-fr.png

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– 

image 2.png



Société bulgare de psychanalyse lacanienne


13 avril – Sofia


Séminaire vers le congrès de la NLS

Montage et démontage du regard 


avec Patrick Monribot



13 avril 24.png
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– 




image 2.png


Société Nœud borroméen (Grèce) 

12, 13 avril – Athènes


Conférence vers le congrès de la NLS & Séminaire théorique et clinique


Image et regard dans la civilisation contemporaine

  

avec Esthela Solano Suarez


12-13 avril.jpeg

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––