NOUVELLE ÉCOLE LACANIENNE DE PSYCHANALYSE
NEW LACANIAN SCHOOL OF PSYCHOANALYSIS


QUESTION D'ÉCOLE

QUESTION OF THE SCHOOL
 

 

INFORMATION 

 

14 janvier – January 2023
13:00 – 19:00 C.E.T.

Par visio-conférence / By video-conference
Via la plateforme ZOOM / Via the ZOOM platform

 

2 SÉQUENCES – 2 SEQUENCES
+
1 CONFÉRENCE – 1 CONFERENCE

  

Séquence – Sequence 1:

Formation du psychanalyste et le désir de savoir 

Formation of the psychoanalyst and the desire to know

Séquence – Sequence 2:

"Devant les impasses croissantes de la civilisation" 

"In face of the mounting impasses of our civilization"

Conférence – Conference:

À découvrir bientôt !  

To discover soon!

 

S'INSCRIRE

view this email in your browser

Copyright © 2021 NLS.
All rights reserved.

Our mailing address is: 
accueil@amp-nls.org
Join NLS Messenger

unsubscribe from this list.

Facebook
Twitter
Website

image 2.png


Warsaw Circle & Cracow Circle

9th and 10th December 2022

Seminar

Freudian Sexual Identity and Lacanian Sexuation 

with Yves-Claude Stavy



Freudian sexual identity....jpeg

______________________________________________________

New Lacanian School

Désinscription – Unsubscribe
Le site de la NLS website
Inscription – Sign up for the Newsletter

image 2.png

mailchimp-banner.png

LE CONGRÈS DE LA NLS
PRÉ-PROGRAMME

 

 

Samedi 20 mai 

 

Début du Congrès à 13h
Salles simultanées par ZOOM : cas cliniques présentés en anglais ou en français, selon la salle 
(chaque inscrit choisit l’une des deux langues)

 

Assemblée générale de la NLS à 17h30 
Depuis un local dédié à Paris 
en présence du Comité exécutif, des responsables et présidents des Sociétés, des Groupes et des Initiatives de la NLS 
(réservée aux membres de la NLS ; diffusée par ZOOM)

 

Dimanche 21 mai  

 

Séances plénières de 9h30 à 18h 
Diffusées en streaming depuis un salon de la Maison de la Mutualité à Paris
Traduction simultanée

Un lieu de projection des plénières sera prévu dans la plupart des villes de la NLS, où pourront se retrouver les inscrits. 

 


Les inscriptions seront ouvertes le 16 janvier 2023 sur le site de la NLS : www.amp-nls.org

Des précisions ?
Renseignements : nlssecretariat.1@gmail.com


NLS-congresXXI-web.jpeg

______________________________________________________

New Lacanian School

Désinscription – Unsubscribe
Le site de la NLS website
Inscription – Sign up for the Newsletter

image 2.png


London Society

Saturday 10th December 2022

Knottings Seminar

Discontent and Anxiety in the Clinic and in Civilisation
School Time

with Daniel Roy and Anna Pigkou


Knottings Dec 2022 (1).png

______________________________________________________

New Lacanian School

Désinscription – Unsubscribe
Le site de la NLS website
Inscription – Sign up for the Newsletter

image.png


________________________________________________________

New Lacanian School

Désinscription – Unsubscribe
Le site de la NLS website
Inscription – Sign up for the Newsletter

image.png

 

CLINIC AND CRITIQUE OF PATRIARCHY

Argument

 

The Return of Patriarchy

The theme of patriarchy went in disuse for a while, but is now coming back with renewed strength and is even held responsible for contemporary malaise. It has resurfaced in studies that are coming to us from American universities, and that are been echoed by the media as well. It is also heard in the discourse of analysands, and from this clinical angle we will approach this question, before broadening it up to current societal issues.

As a social, cultural and economic system built for the domination and exploitation of women by men, of racial, class or gender minorities by the white, colonialist, bourgeois and heteronormative majority, patriarchy faces at the same time feminist struggles, woke ideologies and the activism of the LGBTQIA+ community.

Since its invention by Freud, psychoanalysis has participated in challenging the patriarchal order, but would now be, paradoxically, accused of helping it last by placing the father at the centre of human subjectivity. Lacan had pointed this out in 1971—it was the second wave of feminism—, the myth of Oedipus would seem to found some sort of reflection of patriarchy.(1)

 

The Lack of the Father

Yet, as early as The Interpretation of Dreams, Freud describes the potestas of the father as being "antiquated."(2) And Lacan, already in Family Complexes, relates the very arising of psychoanalysis to the decline of the father, whose personality is “always lacking […], absent or humiliated, divided or a sham.”(3)

The figure of the almighty, jealous and enjoying father who keeps all the women for himself is solely to be found at the level of the myth that Freud invented with Totem and Taboo(4), a dead father, moreover who is killed by his sons. From then on, they will only be able to transmit a sin and the veneration of the totem in which to locate the omnipotence of the dead father. Freud saw this as the origin of religion and the figure of an eternal God, God the father.(5)

Lacan maintained this fundamental fault of the father throughout his teaching, for only on this condition can the father limit and civilise jouissance as to give access to desire, that is, to transmit castration. In deciphering the elementary structures of kinship, Claude Lévi-Strauss formalised what Freud had discovered with the Oedipus complex as the vector of the fundamental and universal law of the prohibition of incest.

The decline of the father was elaborated in diverse ways by Lacan in the course of his teaching. From the lack of power linked to the imago, it was reduced to being a signifier, the Name-of-the-Father—which was at first the guarantor of the symbolic order, then took on the status of a fiction, of a semblance that plugs the hole of the symbolic, and was finally pluralised as it became a purely logical function, that of the exception.

 

The Maladies of the Father

In the time of the discourse of science and capitalism, overwhelmed as he is by objects of consumption that saturate lack and impede castration, what can we demand of the father? How can he wow us again?(6) By transmitting in a middle non-spoken(7) Lacan will say, the way in which he deals with jouissance in the link to his partner. This version of the father that responds to the fact that there is no written relation between the sexes is always symptomatic.

Thus, Oedipus does not give access to any normality but rather produces neuroses. These are the maladies of the father—phobia, hysteria and obsessional neurosis with their litanies of symptoms. If a father takes himself for the father, the one who has a rule for everything, without a fault; if he wants to equal himself to the Name, in serving a universal and disembodied ideal, he falls into imposture by excluding "the Name-of-the-Father from its position in the signifier"(8) —it is then its foreclosure. 

 

Without the Symbolic

The civilising lack that the father carries with him —his own castration— and which he transmits as lack is therefore fundamental. But if it is rejected, refused or denied, then the father’s power can come back as violence, without entering the symbolic. Indeed, there are also “the sins of patriarchy.”(9) Let’s consider masculinism, harassment, sexual abuse or even feminicide. They go alongside the father who clings to the fixity of his jouissance, and crosses the barrier of shame [pudeur(10)] to reach the unbearable real.(11)

At a societal level, reactions to the decline of the father are also becoming increasingly harsh. Religious movements are radicalising. Women's rights are being trampled upon in some Islamic regions. But in our Western societies too, for example, in the name of religion, women who have been raped are denied abortion. Also, in the “greatest democracy in the world”, this right which has been acquired for almost fifty years is abolished.

Patriarchal-looking populist leaders that increase the ferocity of the superego, while placing themselves outside the law, endanger the very foundations of democracies. Some autocrats nostalgic for lost empires do not hesitate to drag countries into war, causing death, exodus and desolation.

 

Generalised Segregation

As early as 1968, Lacan predicted that "the trace, the scar of the evaporation of the father […] [produces] a ramified, reinforced segregation, overlapping at all levels, which only multiplies the barriers."(12) In this fight, a legitimate one, against injustices concerning race, gender or social status, there is a paradox. While it is meant to be inclusive, it is clear that there is a turning point.(13)  Discourses in the name of the good take a vehement and intolerant turn without any possible dialectic. A veritable language police is being set up whereby everyone watches everyone else, and everyone cries foul as soon as a statement is deemed not to correspond to the standards arbitrarily decided by self-proclaimed groups.

Beyond the pluralisation of the father, his evaporation, his pulverisation—according to J. A. Miller's expression—produces innumerable signifiers of identity which constitute communities that try to impose themselves on all the others. The struggle against patriarchy, while it could bring people together, on the contrary causes segregation.

 

What Can Psychoanalysis Do?

At a time when ideological discourses are clashing, J. A. Miller points out that it is important to not forget the suffering that the decline of the symbolic order can cause for each subject, one by one.(14)  While, as he said, it is difficult to debate with a desire—for example of trans-identity, since in this respect there is no right or wrong—, it is from the clinic that psychoanalysis can take action. Of what is patriarchy the name for each one, singularly? What is it that constitutes a hole, a trauma for a subject? How does it write a programme of jouissance that is at the same time singular and extimate to the subject? How does a subject cobble together a symptom, what knotting can be built as to allow to respond of the real?  

To be able to rise to the occasion as an addressee, the psychoanalyst, the practitioner, whether in a practice or an institution, has to incarnate an object “surprisingly versatile, receptive and […] multi-functional […], to want nothing a priori for the good of the other, to be without prejudice as regards the good use which can be made of him […]. For that, he must have cultivated his docility to the point where he knows how to occupy the place from which he can act for any subject.”(15) This will be the challenge of the PIPOL 11 Congress Clinic and Critique of Patriarchy.

 

Guy Poblome

Director, Congress PIPOL 11

EuroFederation of Psychanalysis

___________________

1. Lacan J., Le Séminaire, livre XVIII, D’un discours qui ne serait pas du semblant, text established by J. A. Miller, Paris, Seuil, 2006, p. 173.

2. Freud S., The Interpretation of Dreams, SE, Vol. IV (1900), p. 257.

3. Lacan J, “Family Complexes in the formation of the individual”, 1938, Trans. C. Gallagher, School of Psychotherapy St. Vincent’s Hospital, Dublin 4, p. 56.    

4. Freud S., Totem and Taboo, SE, Vol. XIII (1913-1914).

5. Cf. ibid., p. 154-155.

6. Cf. Lacan J., The Seminar of Jacques Lacan, Book XIX, …or Worse, edit. J. A. Miller, trans. A.R. Price, Cambridge/Medford, MA, Polity Press, 2018, p. 184.

7. Cf. Lacan J., “Seminar of 21 January 1975”, in Feminine Sexuality: Lacan and the École freudienne, eds. J. Mitchell & J. Rose, trans. J. Rose, London/New York, W.W. Norton, 1985, p. 167.

8. Lacan J., “On a Question Prior to any Possible Treatment of Psychosis,” Écrits, trans. B. Fink, London/New York, W.W. Norton & Company Inc., 2006, p. 483.

9. Cf. Miller J.-A., « Conversation d’actualité avec l’Ecole espagnole du Champ freudien, 2 mai 2021 (I) », La Cause du désir, n°108, juillet 2021, p. 54. Also available online,

Presentación de Polémica Política, de Jacques-Alain Miller. Conversación de actualidad con la ELP – YouTube, [2:10:42] https://www.youtube.com/watch?v=vGfsFPRySnk.

10. Cf. Lacan J, The Seminar of Jacques Lacan, Book VI, Desire and its Interpretation, edit. J. A. Miller, trans, B. Fink, Cambridge/Medford, Polity Press, 2019, p. 413.

11. Cf. Miller J.A., « Nous n’en pouvons plus du père ! », La Règle du jeu, available online, https://laregledujeu.org/2013/04/26/13161/nous-nen-pouvons-plus-du-pere.

12. Lacan J., Note on the Father and Universalism, trans. R. Grigg, The Lacanian ReviewNo. 3; April 1st, 2017; p. 10.

13. Cf. Miller. J.-A., “Conversation d'actualité… ”, op. cit., p. 54, and [2:11:11].

14. Cf. ibid.

15. Miller J.-A., “Contraindications to Psychoanalytical Treatment,” trans. B. Wolf, Psychoanalytical Notebooks 4, 2000: Psychiatry and Psychoanalysis, p. 4.

Available online Miller-Jacques-Alain_Contraindications-to-Psychoanalytical-Treatment.pdf (londonsociety-nls.org.ukhttps://londonsociety-nls.org.uk/Publications/psychoanalytical-notebooks/004/Miller-Jacques-Alain_Contraindications-to-Psychoanalytical-Treatment.pdf

 

Translation: Caroline Heanue

Proofreading: Alejandro Sessa

To receive all the information about the PIPOL 11 Congress,

please subscribe to the newsletter here :

SUSCRIBE TO OUR NEWSLETTER

______________________________________________________

New Lacanian School

Désinscription – Unsubscribe
Le site de la NLS website
Inscription – Sign up for the Newsletter

image.png

 

CLINIQUE ET CRITIQUE DU PATRIARCAT

Argument

 

Le retour du patriarcat

Le thème du patriarcat, s’il était devenu désuet, revient aujourd’hui en force et serait même tenu pour responsable du malaise contemporain. Il a émergé dans les studies qui nous viennent des universités américaines et les médias s’en font l’écho. Mais il s’entend aussi dans le discours des analysants. C’est à partir de cet angle clinique que nous aborderons cette question pour l’élargir aux enjeux sociétaux actuels.

Considéré comme un système social, culturel et économique construit pour la domination et l’exploitation des femmes par les hommes, des minorités de race, de classe ou de genre par la majorité blanche, colonialiste, bourgeoise et hétéronormée, le patriarcat rassemble contre lui les luttes féministes, les idéologies dites woke, et l’activisme de la communauté LGBTQIA+.

La psychanalyse a, depuis son invention par Freud, participé à la remise en cause de l’ordre patriarcal. Aujourd’hui, paradoxalement, elle serait accusée d’être complice de son maintien en plaçant le père au centre de la subjectivité humaine. Lacan l’avait noté en 1971 – c’est alors la seconde vague du féminisme – l’Œdipe, « soi-disant, […] instaure la primauté du père, qui serait une espèce de reflet patriarcal » (1).

 

La carence du père

Pourtant, Freud, dès L’interprétation du rêve, indique que la potestas du père est « tombée en désuétude » (2). Et Lacan, déjà dans « Les complexes familiaux », rapporte au déclin du père, dont la personnalité est « toujours carente […], absente, humiliée, divisée ou postiche » (3), l’apparition même de la psychanalyse.

La figure du père tout-puissant, jaloux et jouisseur, qui garde pour lui toutes les femmes, ne se rencontre qu’au niveau du mythe, celui que Freud a inventé avec Totem et tabou (4), un père mort qui plus est, tué par ses fils. Ceux-ci ne pourront désormais plus transmettre qu’un péché et la vénération du totem pour y localiser la toute-puissance du père mort. Freud a vu là l’origine de la religion et de la figure d’un Dieu éternel, Dieu le père (5).

Lacan a maintenu cette faute fondamentale du père tout au long de son enseignement, car c’est seulement à cette condition qu’il peut limiter et civiliser la jouissance pour donner accès au désir, soit transmettre la castration. Claude Lévi-Strauss, en décryptant les structures élémentaires de la parenté, a formalisé ce que Freud avait découvert avec l’Œdipe comme vecteur de la loi fondamentale et universelle de l’interdit de l’inceste.

Le déclin du père a été élaboré de différentes façons par Lacan au cours de son enseignement. Du défaut de puissance liée à l’imago, il a été réduit à un signifiant, le Nom-du-Père. Si ce dernier fut d’abord garant de l’ordre symbolique, il a pris ensuite statut de fiction, de semblant faisant bouchon au trou du symbolique, pour enfin être pluralisé en devenant une pure fonction logique, celle de l’exception.

 

Les maladies du père

À l’heure du discours de la science et du capitalisme, alors qu’il est débordé par les objets de consommation qui saturent le manque et entravent la castration, que peut-on exiger du père ? Comment peut-il encore nous « é-pater » (6)? En transmettant, dira Lacan, dans un « juste non-dit » (7), la façon dont il se débrouille avec la jouissance dans le lien à son partenaire. Cette version du père, répondant à ce qu’il n’y a pas de rapport écrit entre les sexes, est toujours symptomatique.

C’est ainsi que l’Œdipe ne donne accès à aucune normalité, mais produit plutôt des névroses. Ce sont les maladies du père, phobie, hystérie, névrose obsessionnelle, avec leurs litanies de symptômes. Et si un père se prend pour le père, celui qui a une règle pour tout, sans faille, s’il veut s’égaler au Nom, servant un idéal universel et désincarné, il bascule dans l’imposture en excluant « le Nom-du-Père de sa position dans le signifiant » (8), c’est alors sa forclusion.

 

L’en-deçà du symbolique

La carence civilisatrice que porte sur lui le père, sa propre castration, et qu’il transmet comme manque, est donc fondamentale. Mais si elle est rejetée, si elle est refusée, ou déniée, alors la puissance du père peut faire retour par la violence, dans un en-deçà du symbolique. Car il y a aussi « les péchés du patriarcat » (9). Évoquons le masculinisme, le harcèlement, les abus sexuels, ou encore les féminicides. Ils confinent au père branché sur la fixité de sa jouissance, qui traverse la barrière de la pudeur pour rejoindre le réel insupportable (10).

Au niveau sociétal, les réactions au déclin du père se font également de plus en plus dures. Des courants religieux se radicalisent. Les droits des femmes sont bafoués dans certaines contrées d’Islam. Mais dans nos sociétés occidentales aussi, on refuse par exemple, au nom de la religion, l’avortement à des femmes violées, ou on abolit ce droit acquis depuis près de cinquante ans dans « la plus grande démocratie du monde ».

Des dirigeants populistes, aux allures patriarcales, en remettent sur la férocité du surmoi, tout en se situant eux-mêmes hors la loi, et mettent les démocraties en danger dans leurs fondements mêmes. Certains autocrates, nostalgiques d’empires perdus, n’hésitent pas à entraîner des pays dans une guerre, provoquant mort, exode et désolation.

 

Ségrégation généralisée

Lacan, en 1968 déjà, prédisait que « la trace, la cicatrice de l’évaporation du père […] [produit] une ségrégation ramifiée, renforcée, se recoupant à tous les niveaux, qui ne fait que multiplier les barrières. » (11) Le combat, légitime, mené contre les injustices liées à la race, au genre ou à la situation sociale, est habité par un paradoxe. S’il se veut inclusif, force est de constater qu’il y a « un point de rebroussement » (12). Les discours, au nom du bien, prennent une tournure véhémente et intolérante, sans dialectique possible. Une véritable police du langage se met en place par laquelle tout le monde surveille tout le monde et chacun crie au scandale dès qu’un propos est jugé ne pas correspondre aux normes arbitrairement décidées par des groupes autoproclamés.

L’évaporation du père, sa pulvérisation selon une expression de J.-A. Miller, au-delà de sa pluralisation, produit autant de signifiants identitaires qui font communautés et tentent de s’imposer à toutes les autres. La lutte contre le patriarcat qui pourrait rassembler provoque au contraire la ségrégation.

 

Que peut la psychanalyse ?

À l’heure où les discours idéologiques s’affrontent, J.-A. Miller fait remarquer qu’il s’agit de ne pas oublier la souffrance que la déliquescence de l’ordre symbolique peut provoquer, pour chaque sujet, un par un (13). Et si, comme il l’indiquait, il est difficile de débattre avec un désir – par exemple de trans-identité car à ce niveau, personne n’a tort ni raison −, c’est à partir de la clinique que la psychanalyse peut agir. De quoi le patriarcat est-il le nom, pour chacun, singulièrement ? Qu’est-ce qui fait trou, traumatisme pour un sujet ? Comment cela inscrit-il un programme de jouissance qui lui est singulier et extime en même temps ? Comment un sujet bricole-t-il un symptôme, quel nouage peut-il construire, qui lui permette de répondre du réel ?

Pour pouvoir être à la hauteur de l’adresse qui lui est faite, le psychanalyste, le praticien, qu’il travaille en cabinet ou en institution, doit se faire objet « étonnamment versatile, disponible et multi-fonctionnel […], ne rien vouloir a priori pour le bien de l’autre, être sans préjugé quant au bon usage qui peut être fait de lui […]. Il faut pour cela qu’il ait cultivé sa docilité jusqu’à savoir prendre dans le sujet tout-venant la place d’où il peut agir ». (14) Ce sera le pari du congrès PIPOL 11, portant sur La clinique et la critique du patriarcat.

 

Guy Poblome

Directeur du congrès PIPOL 11

EuroFédération de Psychanalyse

___________________

1. Lacan J., Le Séminaire, livre XVIII, D’un discours qui ne serait pas du semblant, texte établi par J.-A. Miller, Paris, Seuil, 2006, p. 173.

2. Freud S., L’interprétation du rêve, traduction par Jean-Pierre Lefebvre, Paris, Seuil, 2010, p. 298.

3. Lacan J., « Les complexes familiaux », Autres écrits, Paris, Seuil, 2001, p. 61.

4. Freud S., Totem et tabou, traduction par Dominique Tassel, Paris, Points, 2010.

5. Cf. ibid., p. 269-270.

6. Lacan J., Le Séminaire, livre XIX, …ou pire, texte établi par J.-A. Miller, Paris, Seuil, 2011, p. 208.

7. Lacan J., Le Séminaire, livre XXII, « R.S.I. », leçon du 21 janvier 1975, Ornicar ?, n°3, mai 1975, p. 108.

8. Lacan J., « D’une question préliminaire à tout traitement possible de la psychose », Écrits, Paris, Seuil, 1966, p. 579.

9. Miller J.-A., « Conversation d’actualité avec l’École espagnole du Champ freudien, 2 mai 2021 (I) », La Cause du désir, n°108, juillet 2021, p. 54.

10. Cf. Miller J.A., « Nous n’en pouvons plus du père ! », La Règle du jeu, disponible sur internet.

11. Lacan J., « Note sur le père », La Cause du désir, n°89, mars 2015, p. 8.

12. Miller J.-A., « Conversation d’actualité… », op. cit., p. 54.

13. Cf. ibid.

14. Miller J.-A., « Les contre-indications au traitement psychanalytique », Mental, n°5, juillet 1998, p. 14.

Pour recevoir toutes les informations sur le Congrès PIPOL 11,

veuillez vous inscrire à sa newsletter ici : 

INSCRIPTION NEWSLETTER

______________________________________________________

New Lacanian School

Désinscription – Unsubscribe
Le site de la NLS website
Inscription – Sign up for the Newsletter

image 2.png


Kring voor Psychoanalyse NLS

samedi 3 décembre 2022

Séminaire Nouages de la NLS

avec Jean-Luc Monnier et Markus Zöchmeister


NLS-202209-04 (1).jpeg
______________________________________________________

New Lacanian School

Désinscription – Unsubscribe
nls-messager-unsubscribe@amp-nls.org
Le site de la NLS website
https://www.amp-nls.org
Inscription – Sign up for the Newsletter
sinscrire-nls-messagerQ2lkM9pBcbL035Y4plrUg0ofJTEsBjJVlNnCJwPUDcWLNmwzvGk5DWp2qaeiSEmdxD8TY1K06jHazEItDGlgYvZD6s_GE_4loDISEPYH0u4yaeLOKexgWfb38ThONu3MX2kDyAe90fg.gif

image.png


Isologotipo LWFF_color.png
Programme for 2022-2023
Delusions
Under the Personal Direction of 
Jacques-Alain Miller

PROGRAMME 3.png
Setting out from their psychiatric definition, 
we will study different forms of delusion,
each one illustrated with a clinical case.
Website image 2.png

WEBSITE NOW OPEN!
Visit:

Register via the website!

______________________________________________________

New Lacanian School

Désinscription – Unsubscribe
Le site de la NLS website
Inscription – Sign up for the Newsletter




image 2.png

Viennese Psychoanalytic Seminar (Austria)

25 & 26 novembre 2022

Le transfert


Séminaire

avec François Leguil, Gil Garoz & Avi Rybnicki
Vienne Seminar.jpeg

______________________________________________________

New Lacanian School

Désinscription – Unsubscribe
Le site de la NLS website
Inscription – Sign up for the Newsletter